Infos

Blog au ralenti

- Pas de liseuse pour le moment, je me consacre donc au livre papier! Désolée
- Jeunes ou moins jeunes auteurs, nous sommes disposés à lire vos manuscrits et ce quel
que soit le thème pourvu qu'on ait l'ivresse.

Rechercher dans ce blog

samedi 16 mai 2015

[Critique film] - "Still Alice" de Richard Glatzer et Wash Westmoreland

Titre original : Still Alice

Date de sortie cinéma :  18 mars 2015
Réalisé par Richard Glatzer et Wash Westmoreland

Acteurs:
- Julianne Moore, Kristen Stewart, Kate Bosworth, Alec Baldwin ...
Distributeur : Sony Pictures
Genre : drame
Durée : 1h39min

Synopsis

Mariée, heureuse et mère de trois grands enfants, Alice Howland est un professeur de linguistique renommé. Mais lorsqu’elle commence à oublier ses mots et qu’on lui diagnostique les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, les liens entre Alice et sa famille sont mis à rude épreuve. Effrayant, bouleversant, son combat pour rester elle-même est une magnifique source d’inspiration.

© - Sony Pictures
En un mot? maladie
Mon avis
D'après le roman de Lisa Genova sorti en 1987 (best-seller s'il vous plait), "Still Alice" raconte ce moment où la maladie vient frapper à votre porte et tout ce qui en découle. On a tendance à l'oublier trop souvent mais ce n'est pas uniquement le malade qui est touchée, sa famille aussi. Dans ce film on voit la maladie qui grappille jours après jours des souvenirs, des mots et même des comportements à Alice sans que rien ne puisse endiguer cette perte. Cette maladie c'est un Alzheimer familial précoce. Alice se bat de toutes ses forces, mais la maladie gagne à tout les coups, même le suicide deviendra une tentative impossible à réaliser pour elle. Maladie connue mais inconnue, Alzheimer ce n'est pas que la perte de mémoire, c'est aussi une perte du langage, un état végétatif, cette destruction des neurones se poursuivant jusqu'à la perte des fonctions autonomes et la mort. Autant dire que c'est pas la fête à la maison.

Le scénario ne tombe jamais dans la lourdingue, c'est fin mais sans se voiler la face. On aurait pu craindre un torrent de larmes et de bons sentiments. Ce n'est pas le cas, les bonnes et mauvaises choses sont exposées sans retenue, nous permettant à nous aussi de nous inclure dans cette famille, sans ressentir de gène, tout en nous montrant la réalité de cette maladie. Colère, perte de repère, oubli des gens qu'on aime et des gestes du quotidien...

Certaine scènes de ce film, sont à vous fendre le cœur, tant la détresse est visible, Julianne Moore mérite amplement les récompenses reçu pour ce film (BAFTA, Golden Globe, Oscar ... ) son jeu est parfait et montre un talent qui pour moi (je l'avoue) était bien caché, Kristen Stewart (Lydia, une de ses filles) est le genre de personnage qui le soutient et le secoue de temps en temps, mais qui laisse le malade avancer à son rythme. Son jeu est tout en justesse. Pour les autres, pas grand chose à dire à par que j'ai un peu de mal avec Kate Bosworth et que j'ai trouvé agréable de voir Alec Baldwin dans un rôle comme celui là et qu'il s'en débrouille très très bien. 

Le point + : Julianne Moor indubitablement. Belle performance.

Le point - : La musique est particulièrement agaçante. 2 Thèmes pour ce film c'est un peu léger et surtout répétitif! Ne serait-ce que commencer avec beaucoup d'instruments et les enlever au fur et à mesure. Simple, mais efficace. Là, on tourne en rond, ce n'est pas le sens que prend cette maladie.

A voir ? Oui, pour découvrir la maladie mais le sujet est assez dur, maintenant vous le savez.
  • Scénario: 7.5/10
  • Musique: 4/10
  • Acteurs: 8/10
  • Ambiance générale du film: 8/10
  • Décors/esthétique: 6.5/10
Ce qui donne: 6.8/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...