Infos

Blog au ralenti

- Pas de liseuse pour le moment, je me consacre donc au livre papier! Désolée
- Jeunes ou moins jeunes auteurs, nous sommes disposés à lire vos manuscrits et ce quel
que soit le thème pourvu qu'on ait l'ivresse.

Rechercher dans ce blog

lundi 25 avril 2016

[Critique Film] - "JEM et les hologrammes" de Jon Chu

Titre original: JEM and The holograms
 

Date de sortie cinéma : 13avril 2016
Réalisé par  Jon Chu

Acteurs:
Aubrey Peeples, 
- Stefanie Scott, 
- Aurora Perrineau
Distributeur : Universal Pictures International
Genre : Musical 
Durée : 1h58

Synopsis
Alors qu’une jeune femme, perdue dans une toute petite ville, devient du jour au lendemain un phénomène mondial grâce à une vidéo virale, elle et ses trois sœurs commencent une aventure unique qui leur permet de découvrir que certains talents sont trop spéciaux pour être cachés.


En un mot? Rose

Mon avis
#3615 My life : Quand j'étais petite j'avais une JEM avec les boucles d'oreilles qui clignotaient ... je vous raconte pas.
Une sortie quasi anonyme, pas de pubs et rien sur les réseaux sociaux, en générale ça sent pas bon pour un film. Je suis de la génération "Club Dorothée", "Récréa 2" toussa toussa alors ce film et moi on devait ce rencontrer. Plaisir coupable de mon enfance, "JEM et les hologrammes" c'est les boucles d'oreilles étoiles, les cheveux roses, les tenues improbable et des chansons ... En ce qui concerne le film, on a la même chose mais en pas pareils. JEM n'a plus de double personnalité et ses boucles d'oreilles ne sont pas magiques. C'est l'histoire de la création du groupe, alors les méchantes Misfits (garces, garces, garces) ne sont pas là. Pour ceux qui voudraient quand même les voires (garces, garces, garces) restez pendant le générique. J'avoue que je les attendais un peu, même si elles m'ont fait la même réaction que dans la jeunesse : EURK! Elles font crades.
Le réalisateur flirte allégrement avec la génération Youtube (fallait bien actualiser le film ... le dessin animé date de 1985), des petites séquences musicales et des personnages face CAM ponctuent régulièrement le film. J'avoue avoir passé un bon moment, c'est mignon, facile à regarder mais très clairement c'est pour les petites jeunettes. Cible 8/12 ans gros max ... Alors du haut de mon grand age, le film ne m'a surement pas fait le même effet que me faisait le dessin animé quand j'étais jeune (je ne suis plus la cible, vous suivez?) , mais ça m'a rappelé de bon souvenirs, j'ai vu un film sympa, pas prise de tête et j'ai même découvert 2 chansons plutôt bonnes. Le résultat est plutôt positif si on le compare à certains films, où j’arrête carrément de regarder pour aller faire ma vaisselle.

A voir ? OWI! Vous savez où vous mettez les pieds ^^ Ce n'est pas un film d'auteur ou le dernier film en compétition à Cannes. Le film pourrait très bien passer l'aprem de Noël.
  • Scénario: 5.5/10
  • Musique: 7/10
  • Acteurs: 6.5/10
  • Ambiance générale du film: 7/10
  • Décors/esthétique: 7/10
Ce qui donne: 6.6/10

lundi 4 avril 2016

Les gens heureux lisent et boivent du café + La vie est facile, ne t'inquiète pas ou comment surmonter sa peine pour continuer à vivre...

Il y a quelques temps déjà, j'avais lu Entre mes mains le bonheur se faufile (avis ici!) de la même auteure que j'avais beaucoup apprécié. Aussi, lorsque lors d'une visite chez belle-maman je suis tombée sur "Les gens heureux lisent et boivent du café" je n'ai pas hésité longtemps avant de le lui emprunter ! Outre la capacité de l'auteure à trouver des titres à rallonge, les livres ont en commun une écriture fluide et dynamique et des histoires bien tournées, même si les sujets sont bien différents.

Ici, on suit l'histoire de Diane que l'on découvre en pleine dépression un an après la perte de son mari Colin et de sa fille Clara dans un accident de voiture. En plus du sentiment de culpabilité qui la ronge, elle ne souhaite qu'une chose : rejoindre ceux qu'elle aime et qu'elle a perdu. C'est alors que son meilleur ami, Félix, homo décomplexé, décide qu'il est temps pour elle d'essayer de réapprendre à vivre. Plutôt que de se laisser entrainer par le tourbillon Félix, Diane va choisir de partir seule en Irlande...

Je dois avouer que les premiers chapitres m'ont tiré des larmes. Depuis que je suis devenue maman je projette à mort, et la simple idée de perdre mon mari ou mes filles adorées me fait froid dans le dos. Autant vous dire que je n'ai pas eu de mal à m'identifier au personnage. Mais rassurez-vous, il n'est pas nécessaire d'être parent pour apprécier ce livre.

On y suit surtout Diane sur le chemin qui va l'aider à réveiller l'envie de vivre au fond d'elle. Son exil volontaire va également lui permettre d'évoluer et de devenir indépendante et autonome. Il faut dire qu'avant la perte qu'elle a subit, elle avait un certain manque de confiance en soi, exacerbé par ses parents, bourgeois pour qui les apparences comptent plus que les sentiments, et dans lequel elle se complaisait, guidée et choyée par son mari. Et alors qu'elle va louer un cottage isolé dans un village perdu d'Irlande pensant pouvoir continuer à déprimer tranquillement, elle va devoir se civiliser dans cet endroit où tout le monde se connait. Et puis la rencontre avec Edward, son voisin, un colosse renfrogné et introverti à souhait plus proche de l'ermite que du trentenaire dynamique, va réveiller en elle un sentiment particulier : puisqu'il est si désagréable, elle se donne pour mission de lui pourrir la vie ! Et quelque part, c'est ce sentiment d'injustice doublé d'envie de vengeance qui va peu à peu la sortir de sa léthargie... Autant vous dire que cela donne des scènes assez intéressantes ;-)

Par ailleurs, la fin de ce livre m'ayant un peu laissé sur ma faim (il ne fait que 180 pages, autant vous dire que c'était vite lu ^^) j'ai été ravie de découvrir que l'auteure nous avait écrit une suite. Je ne peux pas trop vous raconter l'histoire sans spoiler, mais je peux vous dire qu'on y retrouve les ingrédients qui marchent si bien dans "Les gens...". Autant dans le premier tome Diane commençait à faire le deuil de son mari, autant dans le second, elle essaiera de surmonter la perte de sa fille. 

De la même façon, même si les thèmes abordés ne sont pas évident, il faut dire que l'histoire se lit toute seule et ne manque pas d'humour, déjà grâce à Félix, mais aussi à Judith, la sœur d'Edward, une sorte de Félix au féminin. Et puis, même si ce n'est pas le sujet principal, l'histoire contient sa dose de romance, ce qui n'est pas désagréable.

Quoiqu'il en soit, vous aurez compris que j'ai beaucoup aimé ces lectures. D'ailleurs, l'auteure sort prochainement son quatrième roman Désolée je suis attendue dans un univers complètement différent et je compte bien le lire aussi ;-)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...