Infos

Blog au ralenti

- Pas de liseuse pour le moment, je me consacre donc au livre papier! Désolée
- Jeunes ou moins jeunes auteurs, nous sommes disposés à lire vos manuscrits et ce quel
que soit le thème pourvu qu'on ait l'ivresse.

Rechercher dans ce blog

dimanche 30 novembre 2014

Retour en Autunois ou comme une envie de balade...

Je vous parle à l'occasion de chéri-chéri, mais je ne pense pas vous avoir dit qu'il était originaire de Bourgogne et plus particulièrement d'Autun, petite grande ville de 20.000 habitants nichée au cœur du Morvan dont l'origine remonte à l'époque gréco-romaine. Alors je connaissais cette partie là de l'histoire car j'ai déjà eu l'occasion de me balader vers les vestiges du temple de Janus ou tout simplement parce que la ville est ceinturée par les anciens remparts et les portes antiques, mais je ne m'étais jamais intéressée plus que ça à l'histoire d'Autun, probablement parce que je n'avais pas conscience de sa richesse en la matière...

Je dois avouer que mon activité principale lorsque nous descendons là bas est d'aller faire du shopping avec belle maman au centre ville, sans oublier une petite halte à la librairie. Et ce jour là, c'était jour de dédicace : deux jeunes présentaient leur BD "Retour en Autunois"... J'en profite pour discuter avec eux, plus particulièrement avec le scénariste, Maxime, pendant que le dessinateur, Yas, me fait un joli dessin... d'ailleurs ce dernier ne manque pas de remarquer que finalement, il échange assez peu avec les gens, trop occupé à dessiner... mais le résultat est super !!! J'apprends d'ailleurs qu'après "Retour en Autunois", il se pourrait que naisse "Retour au Sri Lanka" d'où est originaire Yas.

Dès rentrée à la maison, je ne résiste pas à l'envie de lire ma nouvelle BD : l'histoire est sympa, un peu comme une tranche de vie, mais surtout les dessins sont très réalistes. C'est assez marrant d'ailleurs de voir en dessin un bar où j'ai déjà été boire un verre ou un endroit où je me suis déjà baladée... Et ça me donne envie d'aller découvrir l'ancien théâtre romain ou la pierre de Couhard dont l'origine n'a jamais été découverte...

Du coup, j'en profite pour poser quelques questions sur la ville à chéri-chéri et belle maman et nous voici parti faire une petite balade dans les environs pour découvrir toutes les pépites qu'Autun réserve à ses visiteurs ;-)


mardi 25 novembre 2014

[Critique film] - "Astérix, Le domaine des dieux. 3D" de Alexandre Astier et Louis Clichy

Titre original: Astérix, Le domaine des dieux. 3D

Date de sortie cinéma :
26 novembre 2014
Réalisé par Alexandre Astier
et Louis Clichy
d'après une BD de René Goscinny



Acteurs (voix): 
Roger Carel, Guillaume Briat, Lorànt Deutsch
...
-
Distributeur : SND
Genre : Animation, comédie
Durée : 1h20 min


Synopsis
Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ ; toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur. Exaspéré par la situation, Jules César décide de changer de tactique : puisque ses armées sont incapables de s’imposer par la force, c’est la civilisation romaine elle-même qui saura séduire ces barbares Gaulois. Il fait donc construire à côté du village un domaine résidentiel luxueux destiné à des propriétaires romains. : « Le Domaine des Dieux ». Nos amis gaulois résisteront ils à l’appât du gain et au confort romain ? Leur village deviendra-t-il une simple attraction touristique ? Astérix et Obélix vont tout faire pour contrecarrer les plans de César.


© - SND
En un mot? Magique
Mon avis
Qui n'a jamais vu (genre pendant les fêtes de fin d'année (y a Sissi Impératrice aussi ^^) un Asterix? ou crié haut et fort : "Qu'on lui coupe la tête!"(Astérix et Cléopâtre)? Le petit gaulois et toute sa clique sont cultes et ce pour deux bonnes raisons: c'est drôle et pas prise de tête. Les Douze Travaux d'Astérix est même devenu pour moi, une sorte de référence quand je dois affronter l'administration ... (seul les grands peuvent comprendre). C'est donc avec un plaisir non dissimulé que je suis allée voir la réalisation d'Alexandre Astier et Louis Clichy "Astérix, Le domaine des dieux. 3D".

Rester fidèle à l'univers de la BD n'est pas forcément aisé, mais Alexandre Astier et Louis Clichy ont réussi à rester dans les clous de René Goscinny, mais avec un petit truc en plus. Les dialogues sont fins et plutôt soignés. Les multiples références ( films ou série) qui agrémentent le dessin animé font mouche à chaque fois. Ainsi un simple "C'est pas faux" ou un chef des esclaves qui se nomme "Travailler plus pour gagner plus" fera rire les initiés alors que les plus petits pourront se régaler des multiples et traditionnelles dérouillées faites par les gaulois aux romains. On peut clairement voir une lecture à deux niveaux, les grands pourront noter que le dessin animé aborde des thèmes assez sérieux comme : l'écologie, la désertification des campagnes, la construction à outrance, la pénibilité du travail... Les petits pourront s'émerveiller de la 3D (que nous n'avons malheureusement pas pu tester, mais on nous a promis juré qu'elle était immersive et efficace!) avec des plans spécialement conçus, des situations loufoques et des BIM BAM BOOM dans les dents des romains.

L'animation (le boulot de dingue qu'ils ont fait!) est superbe et colle parfaitement à l'idée qu'on pouvait s'en faire, les personnages ayant tous une trogne à croquer! Les différentes atmosphères/lumières du dessin animé font parti des choses les plus réussies, l'ambiance est parfaite (bravo à la team lumière!).
On pourra noter la présence de quelque acteurs qui rajoute une certaine plus-value au film : Laurent Lafitte (Duplicatha, un esclave exceptionnel), Elie Semoun (Cubitus, le meilleur romain syndicaliste du monde), ou encore Lorànt Deutsch (Anglaigus un architecte obstiné), Roger Carel, Guillaume Briat, Alexandre Astier , Alain Chabat, Géraldine Nakache, Artus de Penguern , François Morel, Florence Foresti etc. Une bien belle ribambelle de trublions pour nous faire revivre ce qu'on a tant aimé dans la BD de René Goscinny : la joie, la bonne humeur, beaucoup d'énergie et de l'absurde en veux-tu en voilà!

P.s: J'utilise volontairement le terme dessin animé pour parler d'animation, certain ne faisant pas forcément la différence ;) Même si ...

Le truc en plus : les références télé/films pour les grands. La voix d'Astérix!
Les trucs en moins : les BIM BAM BOOMM, pour les grands c'est vite fatiguant, pour les petits par contre ça les fera sûrement rire. La voix d'Obélix.

Spoiler d'un truc en plus : OBELIX BOIT ENFIN UNE GOUTE DE POTION MAGIQUE!

A voir ? Oui! Même si le film est par moment un peu "léger" en terme scénaristique, il compense avec l'humour et les 1h20 passe très très vite.

    • Scénario: 6.5/10
    • Musique: 7/10
    • Acteurs(qualité de l'animation): 9.5/10
    • Ambiance générale du film: 7.5/10
    • Décors/esthétique: 9/10
    Ce qui donne: 7.9/10

      mercredi 19 novembre 2014

      [Critique film] - "The Giver/Le passeur" de Phillip Noyce

      Titre original: The Giver

      Date de sortie cinéma : 29 octobre 2014
      Réalisé par Phillip Noyce

      d'après le livre de Lois Lowry


      Acteurs: 
      Jeff Bridges, Meryl Streep, Brenton Thwaites
      ...
      -
      Distributeur : StudioCanal
      Genre : Science Fiction
      Durée : 1h37 min


      Synopsis
      Dans un futur lointain, les émotions ont été éradiquées, les couleurs bannies et les souvenirs supprimés pour créer un monde idéal. Seule une personne, « The Giver », a la lourde tâche de conserver les émotions du passé. Jonas, un jeune homme comme les autres voit son destin bouleversé lorsqu’on lui demande de devenir le nouveau « Giver ». Il découvre le potentiel infini du monde qui l’entoure, mais il va très vite apprendre que repousser les limites a un prix.


      En un mot? Vie
      Mon avis
      Séance improvisée ce soir pour "The Giver", pas beaucoup entendu parlé, affiche un peu moche, mais horaire parfaite, il n'en fallait pas plus pour me décider. Comment ça, fille facile ? Hum?!

      On me glisse dans l'oreillette que Veronica Roth (Divergente) s'est beaucoup, beaucoup, beaucoup inspirée de l'histoire de "The Giver" crée par Loïs Lowry... Vilaine fille. A telle point que toute la première partie ressemble à s'y méprendre à une version "garçon" de Divergente (cérémonie, la sage patronne, le monde aseptisé...moins la musique nase), la seule différence viendra du fait que Jonas (notre héros) se voit confier la tâche de recevoir tous les secrets du monde. Ça en impose un chouilla plus que de devoir choisir un corps de métier lambda, enfin c'est mon avis. Mais le résultat sera identique : ça va tout casser la bonne organisation de la ville et des gens.
      Jonas va donc découvrir les sentiments ainsi que tout ce que le peuple a oublié et les sacrifices qu'il fait encore. A grand renfort de souvenirs haut en couleurs et autre "t'as-vu-le-genre-humain-c'est-de-la-bombe-quand même-quand-on-fait-un-effort", mais en passant très très vite sur ce que l'homme fait de pire (la guerre à mon sens n'étant qu'une toute petite partie du problème) : massacres d'animaux, meurtres et autres ignominies. Sans être niais, ni trop moraliste, ce film pose des questions et tente d'y donner une réponse. A vous de savoir si elle vous convient. Tout en sachant les tenants et les aboutissants de la situation, ferriez vous comme Jonas ou pas?
      Pas très original, ni très sophistiqué, "The Giver" mérite tout de même un peu d'attention. Parce que c'est mignon et porteur d'espoir.
      Pour ne pas changer, je ne suis pas satisfaite de la fin. et en plus pour m’embêter, je suis certaine qu'ils ne feront pas de suite! Hein? 

      Le truc en plus : l'image du film en elle même. Le début en noir et blanc, puis les touches de couleurs. Super idée.
      Le truc en moins (spoiler): Quand Jonas s'enfuit avec le bébé et que le dit bébé arrive à survivre alors que toi tu serais couvert de sang/noyé/congelé/rôti ... Mort, simplement.

      A voir ? Oui, pourquoi pas. Mais attention, ce n'est pas le film de l'année, mais il se laisse regarder avec plaisir.
      • Scénario: 6/10
      • Musique: 7/10
      • Acteurs: 7/10
      • Ambiance générale du film: 7.5/10
      • Décors/esthétique: 7/10
      Ce qui donne: 6.9/10

      jeudi 6 novembre 2014

      [Critique film] - "Favelas" de Stephen Daldry et Christian Duurvoort

      Titre original: Trash

      Date de sortie cinéma : 12 novembre 2014
      Réalisé par Stephen Daldry
      et Christian Duurvoort
      d'après le livre de Andy Mulligan



      Acteurs: 
      Wagner Moura, Selton Mello, Rooney Mara, Martin Sheen,  Rickson Tevez, Eduardo Luis, Gabriel Weinstein
      ...
      -
      Distributeur : Carlotta Films
      Genre : triller
      Durée : 1h54 min


      Synopsis
      Lorsque deux garçons des bidonvilles de Rio trouvent un portefeuille au cours de leur inspection quotidienne de la décharge du coin, ils sont loin de se douter que leur vie est sur le point de changer à jamais. Quand la police locale débarque, offrant une belle récompense en échange du portefeuille, Rafael et, Gardo réalisent l’importance de leur découverte. Une aventure extraordinaire commence alors pour nos deux jeunes héros. Flanqués de leur ami Rato, le trio décide de cacher son précieux butin, et d’échapper à la police afin de découvrir quel secret il peut bien contenir. Pour tenter d’y voir plus clair, ils vont recomposer, étape par étape, l’histoire de son propriétaire, José Angelo, discernant peu à peu à qui ils peuvent se fier. Ils vont alors comprendre que la police, et notamment son chef, le redoutable Frederico, sont loin d’être dignes de confiance. Mais un couple de missionnaires américains qui travaille dans leur favela, le très désabusé Père Julliard et sa jeune assistante Olivia, pourra peut-être leur ouvrir de meilleures perspectives. 

      © - Universal Pictures International France
      En un mot? Poubelle
      Mon avis
      Si le nom de Stephen Daldry ne vous dit rien, je ne doute pas que vous ayez vu pourtant un de ses films : "Billy Eliott" (2000) , "The Hours" (2003), "The Reader" (2009), "Extrêmement fort et incroyablement près" (2012). Et vous avez aimé n'est-ce pas? "Favelas", son dernier bébé, ne devrait pas vous décevoir.
      Si le film se déroule à Rio, il aurait tout aussi bien pu se passer dans n'importe quel endroit du monde pauvre et pourvu de bidonvilles (et il y en a). "Favelas" a l'avantage de parler à tout le monde, mais ne tombe jamais dans l'apitoiement. Aucun de nos 3 héros ne se plaint de sa situation, mais trouver ce porte-feuille leur ouvre tout un monde de possibilité et leur offre une occasion unique de sortir de leur quotidien rempli de déchets et surtout de faire le bien.
      Ancré dans la réalité, "Favelas"  c'est aussi un film sur Rio. 4 ème personnage (central) du film, gangrenée par la violence, la justice à deux vitesses, l'injustice et sur fond de lutte des classes, Rio parait bien mal partie et reflète bon nombre de défauts du monde.
      Ultra rythmé, "Favelas" est un film sans concession, dur (parfois), sombre (régulièrement) mais surtout pleins d'espoir. Les enfants sont attachants (ma préférence allant pour celui que personne n'aime, débrouillard au possible ^^) on tremble pour eux du début à la fin.
      Coté acteurs, les 3 enfants (recruté par casting sauvage) sont tous excellents et touchant de fraîcheur. Martin Sheen et Rooney Mara sont bons, rien à dire, sans oublier Selton Mello, le méchant de l'histoire ... Bref, une vraie réussite!
      Mélange entre "La cité de dieu" et "Slumdog Millionnairy" a tout pour plaire, un casting au top, une B.O qui donne envie de danser et un scénario bien ficelé. Petit conseil, préférez voir le film en V.O pour entendre du brésilien, ce serait dommage d'entendre ces enfants parler français ^^.

      A voir? OUI, définitivement!

      • Scénario: 7.5/10
      • Musique: 7/10
      • Acteurs: 7.5/10
      • Ambiance générale du film: 8/10
      • Décors/esthétique: 7.5/10
      Ce qui donne: 7.5/10

       
      Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...