Infos

Blog au ralenti

- Pas de liseuse pour le moment, je me consacre donc au livre papier! Désolée
- Jeunes ou moins jeunes auteurs, nous sommes disposés à lire vos manuscrits et ce quel
que soit le thème pourvu qu'on ait l'ivresse.

Rechercher dans ce blog

lundi 31 mars 2014

[Critique film] - "Babysitting" de Philippe Lacheau et Nicolas Benamou

Titre original : Babysitting


Date de sortie cinéma : 16 avril 2014
Réalisé par Philippe Lacheau et Nicolas Benamou

Acteurs:
Philippe Lacheau est
- Alice David est
- Vincent Desagnat est
- Tarek Boudali est
Distributeur : Universal Pictures International
Genre : Comédie
Durée : 1h30

Synopsis
Le soir de ses 30 ans, Franck doit garder un gamin capricieux, le fils de son patron. Ses amis débarquent pour faire la fête. Évidemment rien ne se passe comme prévu...

© - Universal

En un mot? festif

Mon avis

J'ai vu "Babysitting" et je vous l'annonce tout de suite : j'ai aimé! C'est une vrai bonne surprise.

J'ai enfin eu la preuve que le cinéma français peut faire des films drôles et avec peu de budget (3 millions en l’occurrence pour celui là) ... La bande-annonce et l'affiche ne m'ayant pas transportée d'allégresse, je suis allée à la projection en me disant de garder l'esprit ouvert et que au pire je pourrais toujours m'endormir ^^. Je n'ai pas pu/eu besoin, même si le film met un peu de temps à démarrer, il va crescendo et son rythme ultra soutenu ne laisse que peu de répit. Dès les premières scènes ont a l'impression de voir un film avec ses potes. La scène du super-marché du début est typiquement le genre de relation que j'ai avec les miens : on se tacle mais on s'aime et c'est ce que vous aurez pendant 1h30. C'est drôle, parfois balourd et prévisible et pourtant on se laisse prendre au jeu. C'est une des choses qu'on réclame le plus au cinéma, nous faire ressentir des choses et nous transporter. Ils le réussissent haut la main!

Bien que le scénario ne soit pas très complexe, les réalisateurs ont trouvé un moyen de détourner ce problème en agrémentant le film de petites scénettes franchement marrantes et inventives. il faut avoir les yeux partout, parce que les détails comptent aussi (un aquarium en fond, un bas de maillot de bain ...). La partie "Mario Kart" et les références au film "La-haut" ainsi que les divers spoilers (les infiltrés et Scream 4) prouvent qu'en 2014 on peut avoir des idées simple et en faire quelque chose de bien! Cette fraicheur est bienvenue surtout quand on voit ce à quoi on a eu a faire dernièrement (sauf pour "Les Garçons et Guillaume, à table !" de Guillaume Gallienne, super film). Et il y a même une guest star : Serge le Lama. Les amis ont ne se refusent rien ^^
Côté acteurs, Gérard Jugnot est parfait en gros beauf qui ne pense qu'à lui. Clotilde Courau, à une tendance assez forte pour surjouer ce qui ne lui va pas très bien. Je ne les trouve pas ultra crédible en couple tous les deux, mais indépendamment c'est mieux. Je ferrais bien mon casse croute de l'intégralité de la bande à Fifi et Alice David par la même occasion. J'aurais une préférence pour Julien Arruti parce qu'il était là à la projection presse et qu'il a bien volontiers répondu à mes quelques questions ^^ et parce que la scène de course poursuite est pour moi une des choses les plus drôles que j'ai vu depuis longtemps!
Le jeu des acteurs n'est pas toujours juste mais on leur passe volontiers ce problème.
-
La réplique + : 
(un flic qui cherche où peut bien être l'enfant disparu) - "Vous avez pensé à regarder dans le frigo?"
En y écrivant cette phrase j'en rigole encore ^^

Le truc en plus : la scène avec le forain, Tarek Boudali a un vrai fou-rire. C'est beau :D
Je souhaite de tout cœur à ce film de trouver son public, parce que le duo Lacheau/Benamou a fait un travail propre, soigné avec une réalisation impeccable. C'est drôle comme une soirée entre potes et ça donne envie de boire comme un trou avec modération et de danser all night long.
-
A voir ? Oui! Et ne tombez pas dans le piège de la comparaison avec "Projet X", rien à voir avec sa moral (caniveau), "Babysitting" est plus une comédie familiale et regardable! Et puis si le film marche, il y en aura un autre ... Allez! Au ciné!

  • Scénario: 7/10
  • Musique: 7.5/10
  • Acteurs: 7/10
  • Ambiance générale du film: 8.5/10
  • Décors/esthétique: 7.5/10
Ce qui donne: 7.5/10


Le film a été présenté en sélection officielle en compétition lors de la 17e édition du Festival International du Film de Comédie de l'Alpe d'Huez, du 15 au 19 janvier 2014.
Hashtag officiel du film : #BBS

vendredi 28 mars 2014

[Autour du livre] Sorties du mois d'avril 2014

En ce mois d'avril, il y a beaucoup de belles couvertures mais les résumés ne m'ont pas incités à vouloir en savoir plus... certains ont tout de même réussi à retenir mon attention :

La suite des aventures de Numéro Quatre interprété au cinéma par Alex Pettyfer aka Mignon Mignon ;)

J'ai l'impression de vous le dire souvent mais pourtant c'est vrai : je connais l'auteur ! Chloé fait partie des tessies-cops qui s'occupent de la Petite Bulle, c'est ainsi que j'ai fait sa connaissance via internet et plus tard dans la vraie vie... elle m'a fait languir près d'un an avant la première édition de son premier livre, et en avril sortira une seconde copie corrigée que j'ai hâte de lire car je sais que certains points trouveront les réponses que j'attends ^^

Voilà un roman qui promet de passer un bon moment !

A vrai dire j'ai lu le tome 1 d'une traite il y a quelques jours de cela. J'ai adoré cette lecture même si certains points m'ont dérangé (notamment un manque de crédibilité dans l'histoire, un comble pour une romance !). J'ai hâte de lire ce second tome pour affiner mon avis et je viendrai partager tout ça avec vous ;)

Retour à mes premiers amours avec ce nouveau recueil d'histoires extraordinaires par Pierre Bellemarre ^^









Et retrouvez l'intégralité des sorties d'avril ici !

mardi 25 mars 2014

[Autour du film] - Le making of de "Divergente"

Tout nouveau tout chaud, voici le making of du film "Divergente". Film qui doit sortir au cinéma 09 avril 2014 et réalisé par  Neil Burger. La fiche du film est disponible ici.

jeudi 20 mars 2014

[Autour du livre] - "L'amour dans le sang" d'Amandine Salique

Titre original : L'amour dans le sang


Date de sortie : 4 mars 2014
Ecrit par Amandine Salique

-
-
ISBN : 9782332658111
Roman 
Nombre de pages : 354

Le site internet : http://amandinesalique.canalblog.com/

Résumé
J'attendais ce jours depuis une éternité. Quitter le cloître familial pour rejoindre mon nouveau lycée et être enfin libre. Mais cette école n'est rien d'autre qu'une nouvelle cellule où la popularité est le fer de lance de chaque étudiant. Néanmoins ces deux personnes au fond de la classe m'ont l'air différentes. Lui surtout, avec son regard d'une profondeur insondable et ses traits envoûtants.
Il est le parfait opposé de ce que ma famille souhaiterait pour moi. Pourtant, je ne peux contenir cette force qui m'attire à lui inexorablement. Mais le destin en a décidé autrement, repoussant les limites de la réalité pour me faire basculer dans un autre monde.
Serais-je capable de repousser les limites de cette réalité ?

Sur le blog de l'auteur vous trouverez de nombreuses informations et surtout les 3 premiers chapitres du livre!
N'hésitez pas à lire 3 chapitres et à donner votre avis à l'auteur ;) C'est un blog d'échange sur les livres parus ou à paraître!

Vous pouvez commander le livre sur le site de l'éditeur edilivre.com.

De mon coté dès que j'ai plus d'informations je vous les donne ;)

mercredi 19 mars 2014

J'ai vu le film "Yves Saint Laurent" de Jalil Lespert

J'ai vu le film Yves Saint Laurent. (Par Ellen de Paris)

Et je n'ai pas - du tout - aimé.
Certes je partais avec un a priori : c'est un fait, en général j'ai du mal avec le cinéma français.
Et dans ce film, j'ai retrouvé tout ce que je n'aime pas dans ce cinéma justement. Dommage.

Je connaissais assez peu la vie du génie de la haute-couture et j'étais très curieuse d'en savoir plus sur cet homme hors-du-commun.
A la place on m'a servi un film fade, presque sans émotions, sans surprises et ma foi assez ennuyeux.

Oran est une ville qui a marqué YSL, qu'est-ce qu'on en voit ? Rien.
Marakkech ? A part une belle maison avec piscine et un peu du célèbre bleu "Majorelle" pas grand-chose non plus.
Je pensais en découvrir davantage sur le processus créatif du couturier, mais à part quelques images sur la genèse de la collection Mondrian, on ne verra pratiquement rien... encore une fois.
Même les moments qui devraient émouvoir, comme quand le créateur doit partir faire la guerre d'Algérie ne m'ont pas tiré une larme. Et pourtant je suis bonne cliente pour les ruissellements de larmes. Il suffit d'un peu de violon, de tremblement dans la voix et me voilà à la recherche de mes mouchoirs pour m'essuyer les yeux. Là, rien.
Enfin si, il y a une scène pleine d'amouuur, c'est le premier baiser entre YSL et Pierre Bergé. Il ne manque que les petits oiseaux, des papillons, des licornes et on est (presque) chez Disney (pour les grands).

© - SND

Mais alors qu'il y a-t-il dans ce film me direz-vous ?
Peu de vrais dialogues, hélas...
Quelques bouts de robes.
Beaucoup de soirées parisiennes entre alcool, sexe et drogues.

On en apprend surtout sur les démons du génie, ses fêlures, ses fréquentations (il était ami avec Karl Lagerfeld), ses colères...
On découvre aussi le (beau) rôle de Pierre Bergé, toujours là pour recadrer, encourager, ramasser l'artiste dans le caniveau. Parfois ce film ressemble un peu trop à une opération de communication pour mettre en avant l'homme d'affaire. C'est peut-être réellement le rôle qu'il a eu, mais le contraste est tellement prononcé entre les deux personnages que cette façon de narrer leur relation paraît forcément caricaturale.

Je n'ai pas aimé le jeu "appliqué" de Niney, celui de de Guillaume Gallienne m'a paru plus spontané et naturel.
Mais ce qui me gêne vraiment, c'est qu'au final je ne sais pas si c'est la personnalité d'YSL qui ne me plaît pas ou si c'est l'interprétation de Niney qui m'a déplu.
Quant aux rôles féminins, ce n'est même pas la peine d'en parler, je les ai trouvé quasi inexistants en dehors de celui de Victoire qui essaie d'occuper l'espace comme elle peut.

Ultime déception : cette "biographie" se termine en 1976. Or le couturier a travaillé jusqu'au début des années 2000. Un énorme gap dont on ne saura rien dans le film.
Encore une fois, dommage.

Voilà pour mon ressenti sur ce film de Jalil Lespert et j'ai été si déçue que je ne sais pas si j'irai voir le film Saint Laurent qui sort dans quelques mois avec Gaspard Ulliel en rôle-titre.

La morale de l'histoire : pour en savoir plus sur Yves Saint Laurent, il vaut mieux lire une bonne biographie.

Ellen, qui va chercher une bonne biographie à la bibliothèque.


"Yves Saint Laurent" est un film biographique français coécrit et réalisé par Jalil Lespert, sorti en 2014, avec Pierre Niney, Guillaume Gallienne ...

Synopsis
Paris, 1957. A tout juste 21 ans, Yves Saint Laurent est appelé à prendre en main les destinées de la prestigieuse maison de haute couture fondée par Christian Dior, récemment décédé. Lors de son premier défilé triomphal, il fait la connaissance de Pierre Bergé, rencontre qui va bouleverser sa vie. Amants et partenaires en affaires, les deux hommes s’associent trois ans plus tard pour créer la société Yves Saint Laurent. Malgré ses obsessions et ses démons intérieurs, Yves Saint Laurent s’apprête à révolutionner le monde de la mode avec son approche moderne et iconoclaste.

Ellen à Paris à son blog : lesfleursrebelles.blogspot.fr .
Et elle est aussi sur Twitter :  https://twitter.com/Fleurs_Rebelles.
Vous devriez y faire un tour! ;)

mardi 18 mars 2014

[Critique film] - "47 Ronin" de Carl Erik Rinsch

Titre original: 47 Ronin



Date de sortie cinéma :
Réalisé par Carl Erik Rinsch
-
Acteurs:
- Keanu Reeves, Hiroyuki Sanada, Kô Shibasaki ...

Distributeur : Universal Pictures International
Genre : Fantastique
Durée : 1h59min
-
 Synopsis
Un perfide seigneur de guerre ayant tué leur maître et banni leur tribu, 47 samouraïs errants jurent de se venger et de restaurer l'honneur de leurs compatriotes. Arrachés à leurs foyers et perdus aux quatre coins des terres connues, cette poignée de rebelles se voit contrainte de recourir à l'aide de Kai - un demi sang qu'ils avaient jadis renié - lors de leur combat à travers un univers violent, peuplé de monstres mythologiques, de métamorphoses maléfiques et d'effroyables dangers. Cet exil sera l'occasion pour cet esclave rejeté de se révéler leur arme la plus redoutable, et de devenir la figure héroïque qui donnera à cette troupe d'insoumis l'énergie de marquer à jamais l’éternité. 

© - Universal Pictures
 En un mot? sous-évalué

Mon avis
Petite appréhension quand je suis allée à la projection presse de "47 ronin", la chute quasi annoncée et les résultats au box office U.S depuis, n'étant pas franchement fait pour me rassurer ... Mais je suis une grande fille, j'aime pouvoir me faire ma propre idée et figurez-vous que j'ai eu raison! Ce n'est pas mauvais du tout!
Alors oui, il ne s'agit pas du film de l'année, mais il a le mérite d'être très bien rythmé et d'être entraînant. Je crois que la musique y est pour beaucoup, de plus en plus présente au fur et à mesure que le film avance, pour se finir en apothéose dans les scènes finales. Mais en restant relativement discrète, elle porte le film s'en pour autant le couvrir, tout comme les effets spéciaux, qui fonctionnent plutôt bien (j'ai même sursauté une ou deux fois ^^). Ils sont là, nombreux mais pas envahissants.

Inspiré d'une légende japonaise de près de 400 ans, "47 ronin" est un type de film qu'on nomme de "niche". Bien éloigné de nos codes et de notre esthétique ce film évoque la couleur, les arbres en fleurs, les hommes d'honneur, la vengeance, les légendes, les armures de samouraï et la magie. Et ça fonctionne! Le dépaysement est total et ultra efficace.

Non seulement la photo est magnifique, mais en plus le réalisateur nous offre de nombreuses références cinématographiques en passant par "Le seigneur des anneaux", "Pirates des Caraïbes", "Le secret des poignards volants" et j'en passe. Le réalisateur ne s'en cache pas et c'est plutôt sympathique.

Coté acteur, j'ai trouvé difficile de me séparer de l'image de Mako Mori (Rinko Kikuchi) qu'on a notamment vu dans Pacific Rim, en plus elle en fait des caisses. Keanu a beau être bon, il n'est que légèrement au dessus de la mêlée, le jeu des autres acteurs étant un peu "excessif" par moment (pour notre vision de l'acting ;) ).
Je crois que ce qu'il y a de plus flippant ici concerne : Keanu Reeves. Cet homme ne vieillit pas!

Si quelqu'un peut m'expliquer pour Rick Genest alias Zombi Boy apparait sur l'affiche ciné du film? On doit le voir 30 seconde grand max ... vient de me donner une réponse : "Donc Rick Genest est sur l'affiche car à l'origine le film faisait près de 30 minutes de plus..., qu'il à entièrement été remonté et qu'il est resté dans les cartons d'Universal pendant près d'1 an". Zombi Boy devait donc être dans ces fameuse 30 minutes!

A voir ? Oui, pour moi le film n'a que des points positifs et cerise sur le gâteau, il dure 1h59. Je ferai un jour un ratio 1h30 = navet. J'estime donc que le réalisateur a pris un risque (la niche japon/arts martiaux n'étant pas particulièrement développé par chez nous), mais qu'il a su faire un produit agréable à regarder et rythmé pour nous faire un peu oublier le côté japon/moyen-age/ils-sont-chelou-là-bas. Vous devriez vous laisser tenter ;)

  • Scénario: 6.5/10
  • Musique: 8.5/10
  • Acteurs: 7/10
  • Ambiance générale du film: 7.5/10
  • Décors/esthétique: 7/10
Ce qui donne: 7.3/10
 

dimanche 16 mars 2014

"Les Miller, une famille en herbe" de Rawson Marshall Thurber

Titre original: We're the Millers
 


Date de sortie cinéma :
Réalisé par Rawson Marshall Thurber

Acteurs:
- Jennifer Aniston , Jason Sudeikis , Will Poulter ...
-
Distributeur : Warner Bros
Genre : Comédie
Durée : 1h50 min

Synopsis
David Burke est un dealer à la petite semaine qui se contente de vendre sa marchandise à des chefs cuisiniers et des mamans accompagnant leurs fils au football, mais pas à des ados – car, au fond, il a quand même des principes ! Alors que tout devrait se passer au mieux pour lui, les ennuis s’accumulent… Préférant garder profil bas pour des raisons évidentes, David comprend, à son corps défendant, qu’on peut subir la pire injustice même lorsqu’on est animé des meilleures intentions : tentant de venir en aide à des jeunes du quartier, il se fait agresser par trois voyous qui lui volent sa marchandise et son argent. Il se retrouve dans une situation des plus délicates puisqu’il doit désormais rembourser son fournisseur, Brad. Afin d’éponger sa dette – et de rester en vie –, David n’a d’autre choix que de jouer dans la cour des grands en se rendant au Mexique pour ramener une importante cargaison de drogue à Brad. Réussissant à convaincre ses voisins – Rose, une strip-teaseuse cynique, Kenny, qui aimerait bien tester la marchandise et Casey, une ado débrouillarde couverte de tatouages et de piercings – de lui venir en aide, il met au point un plan censé être infaillible : avec ses complices qu’il fait passer pour sa femme et ses deux grands enfants, il met le cap sur le Mexique au volant d’un camping-car flambant neuf le jour de la fête nationale. Ce week-end risque bien d’être explosif…

© - Warner Bros.

En un mot? Calamité

Mon avis
Une comédie comme il en sort régulièrement aux states, sans intérêt, pas drôle et laborieuse. En même temps une fois qu'on a vu la bande annonce on sait à quoi s'en tenir. Une comédie oubliable qui n'a qu'un atout : ses acteurs et encore. Ils ont tous des rôles tellement clichés que ça en est désespérant. L'ado fugueuse et l'autre un peu idiot, le quarantenaire retardé et la bimbo, sans parler des autres personnages .... Je n'invente rien c'est sur l'affiche du film dealer : "Dealer", "Puceau", "Strip-teaseuse" et "Fugueuse".
Tout est tellement prévisible que (cerise sur le gâteau), au bout de 30 mins on commence à s'ennuyer sévèrement.
J'étais gênée quand Jennifer Aniston fait son strip-tease, exaspérée par la bêtise d'une scène de "morsure d’araignée" et pour finir je me suis agacée toute seule pour le twist final.

A voir ? Non.
A trop vouloir faire du politiquement incorrect (c'est à la mode asskip') bah on fait n'importe quoi. Si au moins c'était fait intelligemment sans nous prendre pour des c**s, je dis pas mais là ...
  • Scénario: 2.5/10
  • Musique: 5/10
  • Acteurs: 5.5/10
  • Ambiance générale du film: 3.5/10
  • Décors/esthétique: 5/10
Ce qui donne: 4.3/10

mardi 11 mars 2014

Le LØVE Tour de Julien Doré ou quand le lion devient bête de scène...

Génial ! Énorme ! Topissime ! Je ne sais pas quoi dire pour vous exprimer à quel point j'ai adoré le concert de Julien Doré. Ça fait déjà quelques jours et j'ai toujours un big smile dès que j'entends l'une de ses chansons (dois-je préciser que son album est dans le lecteur de ma voiture ? :D)

Avant d'aller plus loin, un petit retour en arrière s'impose : il y a quelques temps je vous parlais de son dernier album (par ici !), j'en ai parlé avec vous bien sûr mais aussi à mon entourage et notamment à ma sœur... Et voilà qu'elle m'envoie un mp pour me dire qu'il y a un concours sur le twitter de l'émission Alcaline où il suffit de RT pour avoir une chance de gagner deux places pour le concert privé... et vous l'aurez compris : j'ai gagné ! youhou !!! 

Et nous voilà parties mercredi soir pour aller assister à l'enregistrement du concert de Julien Doré pour l'émission Alcaline, direction le Théâtre du Trianon où une queue pas possible nous attendait un heure avant le début... sauf que ma sœur m'a gentiment rappelé que nous avions des places "invités" (et coupe file ^^). Le moment venu, on rentre dans la salle, on sent une certaine impatience de la part de la foule présente, dès que quelqu'un passe sur scène (pour installer le matériel ou autre...) les spectateurs s'échauffent, applaudissent (euh c'est pour quoi ?) c'était d'ailleurs assez intéressant à ce moment là de se rendre compte de l'envers du décor d'une émission de télé. Après quelques recommandations d'usage, le concert peut commencer...

Le groupe OMOH (que je ne connaissais pas...) fait son apparition sur scène et interprète Hours of Sunshine, un son pop rock electro bien sympa qui met bien dans l'ambiance... 

Encore une demi heure (le temps d'envoyer un petit tweet ^^) le matériel est en place pour accueillir celui qu'on attendait tous ! La musique de Viborg monte dans la salle, Julien Doré arrive sur scène tête baissée... et là je me dis que s'il se la joue dépressif pendant deux heures ça risque d'être long ! Mais non, à peine prend-il le micro qu'il se révèle, la bête de scène, le Julien Doré de la nouvelle star (le seul que je connaisse...), celui qui me fait rêver quand j'écoute ses chansons, il est là, devant moi, à 10 mètres à peine... 

La première chanson se termine, il nous salue et le chanteur laisse la place au show man ! Et c'est parti pour deux heures d'enfer avec Julien Doré !!! Entre chaque chanson, il nous faire rire, il nous fait danser sur Kiss Me Forever (ou plutôt lever les bras en rythme, j'ai eu des courbatures pendant 2 jours !), il nous fait faire les chœurs, il partage, il se dépense, il est partout (au micro, au ukulélé, au piano... sur le balcon !?), il se fait plaisir et surtout il nous fait plaisir. 

Je ne veux pas trop en dire, j'aimerai vous laisser un peu de surprise, mais je peux au moins vous dire que j'ai pris mon pied ! Il a une énergie folle qui est contagieuse, ses musiciens aussi sont tout aussi géniaux que lui, ils se sont tous dépensés et au bout de deux heures c'est fini... Il y a alors eu un petit moment de flottement, est-ce vraiment fini ? Pas d'annonce, certaines personnes commencent à partir, je trouve ça bizarre que ça se termine comme ça... on attend un peu, des machinistes déplacent le piano, ah il va peut être se passer quelquechose... et Julien Doré revient nous interpréter trois chansons dont Paris Seychelles... magique...

C'est enfin le moment de rentrer mais je ne suis pas tout à fait arrivée, j'ai encore les yeux qui pétillent et la tête dans les nuages quand je repense à ce moment. Et j'ai de la chance, s'agissant d'une émission, ce super bon moment a été enregistré et je suis impatiente de le revoir ;-) 

Pour finir, un conseil : si vous avez l'occasion, n'hésitez pas à aller le voir ! Il vaut vraiment le déplacement !

Ps1 : Je vous rajouterai le lien vers le concert lorsqu'il sera disponible, en attendant vous pouvez retrouver les concerts Alcaline par ici !

Ps2 : Retrouvez les dates du LØVE Tour par ici ! 

dimanche 9 mars 2014

[Autour du film] - La première photo de "The Human Centipede 3"!

C'est Entertainement Weekly qui vient de nous faire le plus beau cadeau de ce week-end! Vous avez sous les yeux la toute première photo du dernier film de la saga "The Human Centipede".
Ce "The Human Centipede III (Final Sequence)" toujours de Tom Six risque bien de nous en mettre plein la vue et contrairement aux dernières infos, Dieter Laser semble bien faire parti du casting ....

Lisez l'article sur Inside movie pour savoir à quoi ressemblera ce nouveau film ;)
La fiche du film ici

© Laurence R. Harvey and Dieter Laser in Human Centipede 3/Six Entertainment Company

mercredi 5 mars 2014

"Transformers : l'âge de l'extinction" de Michael Bay

Titre original: Transformers: Age Of Extinction


Date de sortie cinéma :
Réalisé par Michael Bay
-
Acteurs:
- Nicola Peltz est Cade
- Jack Reynor est Shane
- Mark Wahlberg est Tessa
...
-
Distributeur : Paramount Pictures
Genre : Action, Science fiction
Durée : ?



 Synopsis
 ?

mardi 4 mars 2014

[Autour du livre] Sorties du mois de mars 2014

Le mois de mars a commencé pour moi par un week end prolongé... le temps de revenir, je vous propose de retrouver les sorties qui ont retenues mon attention :

Rien de mieux qu'une romance pour débuter le mois et se réchauffer ^^

Ou quand Sophie Jomain, une auteure française bourrée de talent habituée au fantastique, s'essaye à la romance contemporaine... j'ai hâte de le lire ;)

Je ne sais pas si j'ai envie de lire ce livre, mais il a effectivement retenu mon attention par la couverture et par un nom qui y apparaît : Jack Kerouac, l'auteur de On the Road... Si vous avez aimé ce dernier, vous apprécierez probablement cette nouvelle lecture 

Oui je sais, je suis incorrigible... je ne peux pas m'empêcher de rajouter une romance historique !

Gail Carriger, auteure de la série le Protectorat de l'Ombrelle, nous propose ici une nouvelle série qui promet de l'humour et de l'action ;)

Enfin le dernier tome d'une saga qui a emballé plus d'une personne sur la blogosphère... le tome 1 attend sagement que je le lise mais vous pouvez déjà retrouver l'avis de Joan sur les tomes précédents ici, ici et ici !







Et retrouvez l'intégralité des sorties de mars ici !

lundi 3 mars 2014

"Dans l'ombre de Mary - La promesse de Walt Disney" de John Lee Hancock

Titre original: Saving Mr. Banks


Date de sortie cinéma :
Réalisé par John Lee Hancock
-
Acteurs:
- Tom Hanks est Walt Disney
- Emma Thompson est P.L. Travers
- Paul Giamatti est Ralph
...
Distributeur : The Walt Disney Company France
Genre : Biopic
Durée : 2h5min


 Synopsis (Allociné)
Lorsque les filles de Walt Disney le supplient d’adapter au cinéma leur livre préféré, “Mary Poppins”, celui-ci leur fait une promesse... qu’il mettra vingt ans à tenir ! 
Dans sa quête pour obtenir les droits d’adaptation du roman, Walt Disney va se heurter à l’auteure, Pamela Lyndon Travers, femme têtue et inflexible qui n’a aucunement l’intention de laisser son héroïne bien aimée se faire malmener par la machine hollywoodienne. Mais quand les ventes du livre commencent à se raréfier et que l’argent vient à manquer, elle accepte à contrecoeur de se rendre à Los Angeles pour entendre ce que Disney a imaginé... 
Au cours de deux semaines intenses en 1961, Walt Disney va se démener pour convaincre la romancière. Armé de ses story-boards bourrés d’imagination et des chansons pleines d’entrain composées par les talentueux frères Sherman, il jette toutes ses forces dans l’offensive, mais l’ombrageuse auteure ne cède pas. Impuissant, il voit peu à peu le projet lui échapper... 
Ce n’est qu’en cherchant dans le passé de P.L. Travers, et plus particulièrement dans son enfance, qu’il va découvrir la vérité sur les fantômes qui la hantent. Ensemble, ils finiront par créer l’un des films les plus inoubliables de l’histoire du 7ème art...

© - The Walt Disney Company France
En un mot? Nostalgie

Mon avis
"Mary Poppins" fait partie de ces films que j'ai plaisir à regarder encore et encore, je rigole toujours au même endroit et je chante tout le long du film. En bref, j'aime Mary et Mary me le rend bien. Je sais que je ne suis pas la seule ;)
Alors quand j'ai pu assister à la projection de "Dans l'ombre de Mary ", je n'ai pas hésité un seul instant.

P. L. Travers est la maman de Mary et dans ce film il s'agit avant tout de voir comment toute l'équipe du film a travaillé pour créer cet univers si particulier qui fonctionne encore aujourd'hui.
Énorme travail de recherche qui montre comment les chansons, les couleurs, la forme des maisons ou bien encore les personnages ont été choisis et comment P. L. Travers n'a pas franchement aidé l'équipe. Pour info, elle ne voulait pas qu'on adapte Mary Poppins au cinéma (des problèmes d'argent la décidèrent)  tout comme elle ne voulait pas : de rouge, de chanson, de dessin animé, ni de Dick Van Dyke ... Pour faire court elle ne voulait rien et contrait systématiquement la moindre chose pour la création du film et détestait tout ce qu'elle ne connaissait pas et/ou ne maîtrisait pas... Tout ce qui fait qu'on aime Mary Poppins, Madame Travers le détestait. Vaste programme non? C'était une femme avec énormément de caractère et surtout des idées bien arrêtées en ce qui concerne Mary et le reste du monde. J'entends par la hors "Angleterre".

Mais à travers de ce qui semble être des caprices ou beaucoup de mauvaise volonté, on se rend compte que tout cela n'est que prétexte pour quelque chose qui est beaucoup plus gros. Il s'agit d'amour. Je n'en dis pas plus il faut aller voir le film.

C'est un vrai plaisir que d'assister aux joutes verbales de l'équipe et Mr Disney avec P. L. Travers, j'ai rigolé de voir comment a été crée la chanson du "sucre" et j'ai pleuré pendant la scène de la chanson du cerf volant (3 grosses larmes, mon coeur de pierre n'a pas résisté). La magie de Mary a commencé avec les gens qui ont créé le film et je pense qu'elle (la magie) était encore là pour celui-là. C'est fin, drôle et émouvant, tout en douceur mais en même temps extrêmement dur.
Deux lignes pour les acteurs. Ils sont tous très touchants et aucun ne prend plus de place qu'un autre. Il n'y a pas d'exagération, ils font ce pour quoi ils sont payés et ils le font bien!
 
Le dialogue + :
L'équipe : - On a inventé un mot!
P.L Travers : - Hé bien! Désinventez-le!"
-
A voir ? Oui! Vous le devez, surtout si vous aimez "Mary Poppins" et puis vous connaîtrez la genèse de Mary, qui et comment elle a été inspirée. Ho! et restez jusqu'à la fin du générique, vous pourrez entendre un vrai morceau audio d'une des séances de travail!
  • Scénario: 7.5/10
  • Musique: 8/10
  • Acteurs: 7.5/10
  • Ambiance générale du film: 9/10
  • Décors/esthétique: 8/10
Ce qui donne: 8/10

[Autour du film] - Oscars les RESULTATS - 2014


Le grand soir est enfin arrivé, les pronostics ont été bon train depuis l'annonce des nominations. Il est temps d'avoir les résultats! Qui de Dallas Buyers Club, 12 Years a Slave aura le prix du meilleur film? Qui pour le prix du meilleur acteur?

Comme d'habitude nos pronostiques sont en gras ;) Et les Résultats en ROUGE et GRAS!
C'parti!

 Meilleur film
  • American Hustle
  • Captain Phillips
  • Dallas Buyers Club
  • Gravity
  • Her
  • Nebraska Philomena
  • 12 Years a Slave
  • The Wolf of Wall Street

Meilleur acteur
  • Christian Bale, American Hustle
  • Bruce Dern, NMebraska
  • Leonardo DiCaprio, The Wolf of Wall Street (hiiiiiiiiii again!!!!)
  • Chiwetel Ejiofor, 12 Years a Slave
  • Matthew McConaughey, Dallas Buyers Club

Meilleure actrice
  • Amy Adams, American Hustle
  • Cate Blanchett, Blue Jasmine
  • Sandra Bullock, Gravity
  • Judi Dench, Philomena
  • Meryl Streep, August : Osage County

Meilleur réalisateur
  • David O. Russell, American Hustle
  • Alfonso Cuaron, Gravity
  • Alexander Payne, Nebraska
  • Steve McQueen, 12 Years a Slave
  • Martin Scorcese, The Wolf of Wall Street

Meilleur acteur dans un second rôle
  • Barkhad Abdi, Captain Phillips
  • Bradley Cooper, American Hustle
  • Michael Fassbender, 12 Years a Slave
  • Jonah Hill, The Wolf of Wall Street
  • Jared Leto, Dallas Buyers Club

Meilleure actrice dans un rôle secondaire
  • Sally Hawkins, Blue Jasmine
  • Jennifer Lawrence, American Hustle
  • Lupita Nyong’o, 12 Years a Slave
  • Julia Roberts, August : Osage County
  • June Squibb, Nebraska

Meilleure photo
  • American Hustle
  • Captain Phillips
  • Dallas Buyers Club
  • Gravity
  • Her
  • Nebraska
  • Philomena
  • 12 Years a Slave
  • The Wolf of Wall Street

Meilleur scénario adapté
  • Richard Linklater, Julie Delpy, Ethan Hawke, Before Midnight
  • Billy Ray, Captain Phillips
  • Steve Coogan and Jeff Pope, Philomena
  • John Ridley, 12 Years a Slave
  • Terence Winter, The Wolf of Wall Street

Meilleur scénario original
  • Eric Warren Singer and David O. Russell, American Hustle
  • Woody Allen, Blue Jasmine
  • Craig Borten and Melisa Wallack, Dallas Buyers Club
  • Spike Jonze, Her
  • Bob Nelson, Nebraska

Meilleure chanson originale
  • “Alone Yet Not Alone,” Alone Yet Not Alone; music by Bruce Broughton, lyrics by Dennis Spiegel
  • “Happy,” Despicable Me 2; music and lyrics by Pharrell Williams
  • “Let It Go,” Frozen; music and lyrics by Kristen Anderson-Lopez and Robert Lopez
  • “The Moon Song,” Her; music by Karen O., lyrics by Karen O. and Spike Jonze
  • “Ordinary Love,” Mandela : Long Walk to Freedom; music by Paul Hewson, Dan Evans, Adam Clayton, and Larry
  • Mullen, a.k.a. U2; lyrics by Paul Hewson, a.k.a. Bono

Meilleur film d'animation
  • The Croods
  • Moi, moche et méchant 2
  • Ernest & Celestine
  • La Reine des neiges
  • Le Vent se lève

Meilleur film documentaire
  • The Act of Killing
  • Cutie and the Boxer
  • Dirty Wars
  • The Square
  • 20 Feet from Stardom

Meilleur montage : Alfonso Cuaron et Mark Sanger pour Gravity 
Meilleurs costumes : Catherine Martin et Beverley Dunn pour Gatsby le Magnifique
Meilleure musique originale : Steven Price pour Gravity
Meilleur film étranger : La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino
Meilleur mixage son : Skip Lievsay, Niv Adiri, Christopher Benstead et Chris Munro pour Gravity
Meilleur montage son : Glenn Freemantle pour Gravity
Meilleur court métrage de fiction : Helium de Anders Walter
Meilleur court métrage documentaire : The Lady in number 6 : Music Saved My Life de Malcome Clarke
Meilleurs effets spéciaux : Tim Webber, Chris Lawrence, Dave Shirk et Neil Corbould pour Gravity d'Alfonso Cuaron
Meilleurs costumes : Catherine Martin pour Gatsby le Magnifique de Baz Luhrmann
Meilleurs maquillage et coiffure : Adruitha Lee et Robin Mathews pour Dallas Buyers Club
Meilleur court métrage d'animationMr Hublot des Français Laurent Witz et Alexandre Espigares

dimanche 2 mars 2014

Sanditon ou les derniers mots de Jane Austen pour ses lecteurs...

Attention, ce post contient des spoilers pour les non fans de Jane Austen ;-)

C'est avec une certaine appréhension que j'ai entamé la lecture de ce roman : voyez un peu, les premiers chapitres ont été les derniers écris par Jane Austen quelques mois avant sa mort un peu trop prématurée à mon goût :'( Ce n'est que 200 ans plus tard qu'une autre Lady (en référence au nom d'emprunt qu'avait utilisé Jane Austen pour publier son premier roman Raison et Sentiments "by a Lady") s'est essayée à finir l'histoire. Avant de commencer la lecture, je ne savais pas où s'arrêtait l'écriture de l'une pour commencer celle de l'autre et je guettais un changement, et pour être honnête je n'y ai vu que du feu ! 

La Lady a su parfaitement respecter les codes des romans de Jane Austen : une héroïne malgré elle, un héros autour duquel gravite une foule plus ou moins souhaitée et un scénario plein de rebondissement qui permettra à ces deux là de finir ensemble malgré tout ^^ Il faut dire que Jane Austen pose les bases dans les premiers chapitres et que la Lady a su continuer sur la lancée en respectant le schéma classique de Jane Austen (ce qui est très bien expliqué dans les notes à la fin du livre).

Pour en revenir à l'histoire, le livre commence avec l'accident de voiture de Mr et Mme Parker qui, pour remercier la famille Heywood de les avoir aidés pendant ce délicat moment, invitent l’aînée de leurs filles, Charlotte, à les accompagner pour la saison d'été dans leur ville de Sanditon, qu'ils souhaitent voir devenir une station balnéaire à la mode. 

On va alors y rencontrer une galerie de personnage plus ou moins ridicules et manquant assurément de bon sens (qualité première à avoir à cette époque ^^) :
- les deux sœurs et le plus jeune frère de Mr Parker, hypocondriaques habitués à s'autoprescrire des remèdes plus ou moins efficaces (allant de la tisane à l'arrachage de dents !)
- des demoiselles sans fortunes toutes gorgées d'orgueil mal placé dont l'unique but est d'attraper le meilleur parti du coin...
- un Sir Edward sans le sou qui lit un peu trop de romans et qui se prend pour un Don Juan et une vieille Lady richissime qui se comporte en tyran et qui voit des complots partout...

Tout ce petit monde va évoluer sous l’œil (très) observateur de Charlotte, dont l'éducation a fait d'elle une personne raisonnable et prudente dans ses jugements et dans ses paroles, et dont la vie sera chamboulée par l'arrivée du flamboyant Sidney Parker... 

Je dois dire que de tous les héros de Jane Austen, Sidney est devenu mon préféré (et oui, il a réussit à détrôner Mr Darcy qui était mon "premier"). Il faut dire que Sidney, dont la personnalité capte l'attention et attire les uns et les autres comme un aimant, est d'une intelligence supérieure et sait déchiffrer les pensées et le caractère de chacun et en tirer parti afin "de les faire danser sur sa musique". Il manque un peu de réserve et de bienséance en laissant son côté primesautier s'exprimer (ce qui n'est pas pour me déplaire) et sa rencontre avec Charlotte va lui permettre d'échanger avec un esprit à la hauteur du sien.

Tout cela donne lieu à des échanges très drôles, tout en ironie et sarcasme comme seule savait le faire Jane Austen... et je ne peux que regretter qu'une nouvelle fois que cette merveilleuse écrivain, qui à vécu il y a plus de 200 ans et qui a su écrire des romans à l'écriture si actuelle, n'ait pas eu le temps de nous livrer toutes les histoires qu'elle avait à nous conter. 

[Critique film] - "Vampire Academy" de Mark Waters

Titre original: Vampire Academy



Date de sortie cinéma :
Réalisé par Mark Waters
-
Acteurs:
- Zoey Deutch est Rose Hathaway
- Lucy Fry est Lissa Dragomir
...

Distributeur : Metropolitan FilmExport
Genre : fantastic
Durée : 1h45 min

 Synopsis
Rose et Lissa ont toujours été inséparables. Elles pourraient être comme toutes les jeunes filles de leur âge, mais Lissa est une princesse vampire Moroï que Rose est chargée de protéger. Pour avoir fugué de l’académie, les deux amies sont punies et Rose est désormais surveillée par le très strict Dimitri. Sa condition devient encore plus compliquée à gérer lorsque son attirance pour son mentor grandit… Alors que Lissa hésite à assumer ses fonctions royales, ses ennemis préparent dans l’ombre un plan pour la détruire et éteindre sa lignée… 

© - Metropolitan FilmExport

En un mot? Grossier

Mon avis
Personne n'a pu passer à côté du code couleur désastreux des affiches du film. Entre le fluo et les jupes ultra courtes difficile de ce concentrer sur le sujet véritable. Surtout quand l'affiche annonce "Sang, sexe et coups bas ... une école (presque normale)", alors pour vous aider :  
- "sang" : On en voit presque pas et sinon évidemment: il s'agit de vampires ...
- "sexe" : une scène et relativement soft ...
- "coups bas" : mouais là d'accord
- "une école (presque normale)" : évidement c'est une école de vampires!

J'ai lu les deux ou trois premiers romans il y a quelques temps et j'avais beaucoup aimé. C'est donc avec un vague souvenir mais complètement aware que je me suis rendue à cette projection. Pour ceux qui ne connaissent pas du tout l'univers des romans je vous conseille d'être extrêmement attentifs durant les dix premières minutes. Beaucoup d'informations sont données et elles sont utiles pour comprendre l'histoire. Entre les Dhampirs, Les Moroïs, les Strigoïs et autres histoires, il va falloir ouvrir l’œil! C'est un peu embêtant d'avoir tout condensé comme ça, mais souvenez-vous en on en reparlera au point #Tronçonneuse plus bas ;).

C'est le type de film que j'appelle 50/50. La moitié est franchement super et la seconde est franchement "ho, le massacre! (lol) ". Chaque bonne idée du film est systématiquement gâchée. Une touche d'humour? BIM! On fait dans le lourdingue la phrase d'après. Des combats sans effets spéciaux sympathiquement chorégraphiés? et BIM! Y a une scène à la Matrix qui se faufile. Bref, une vrai montagne russe pendant 1h45. C'est dommage, mais si on lui retire tous ses défauts il en ressort un film agréable à regarder, pas le film de l'année, mais plutôt divertissant.

Pour les fans de la saga, sachez que la trame du film est relativement fidèle au livre. Mais si fidèle que soit cette adaptation on pourra tout de même lui reprocher des coupes à la #Tronçonneuse en ce qui concerne certaine scènes du livre. Il manque quelques détails, qui auraient pu aider à fluidifier l'action. Là, on saute d'une scène à l'autre et les enchaînements sont laborieux. On hésite toujours un peu quand une scène change. Cette manière d'avoir monté le film est pour le moins déconcertante. Le rythme soutenu imposé par le réalisateur, empêche tout empathie ou amour pour les personnages. On passe de "Rose qui fait du sport avec Dimitri" à "Rose et Dimitri" ouvertement attiré. J'aurai aimé voir l'entre-deux. Leur histoire est mise un peu de côté au profit de celle de Lissa et Christian, alors que dans le livre c'est l'inverse . 
Remarquez qu'on ne s'ennuie pas mais, si vous ne suivez pas, vous allez être paumés, comme à l'école quand il fallait boucler le programme!

Coté acteurs, Zoey Deutch (Rose), tient le film à elle seule. Elle semble être sur tous les fronts et heureusement qu'elle est là, le film perdrait beaucoup d’intérêt sans elle. C'est celle qui surpasse les autres et de loin. Lucy Fry (Lissa) n'est que bouche, sans beaucoup d’intérêt, Danila Kozlovsky (Dimitri) a perdu son accent russe mais je lui pardonne volontiers, il est quand même un peu sexy! Les autres acteurs sont tous plus ou moins dans la caricatures ou dans le grossiers.

Les - : le côté cheap/série "Z" du film, la longueur des jupes ainsi que les décolletés (c'est une école ou bien?!).
Le + : le côté cheap/série "Z" du film, une fois qu'on est habitué c'est rigolo ^^. Les blagues sur Twilight et le personnage de Christian, gros clin d’œil  aux fans de la franchise. Zoey Deutch (Rose).

A voir ? Oui, si vous êtes fan. Si on passe sur cette impression qu'ils ont voulu faire un "Gossip girl" version vampires (ce qui a mon avis va avoir du mal à passer pour le grand public), c'est sympathique à voir. Sinon .....

  • Scénario: 3.5/10
  • Musique: 5.5/10
  • Acteurs: 4.5/10
  • Ambiance générale du film: 5.5/10
  • Décors/esthétique: 6/10
Ce qui donne: 5/10

 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...