Infos

Blog au ralenti

- Pas de liseuse pour le moment, je me consacre donc au livre papier! Désolée
- Jeunes ou moins jeunes auteurs, nous sommes disposés à lire vos manuscrits et ce quel
que soit le thème pourvu qu'on ait l'ivresse.

Rechercher dans ce blog

mardi 29 avril 2014

Le casting "Star Wars 7" vient d'être dévoilé!


C'est officiel et c'est tout chaud, voici donc le casting (partiel?) du tout prochain Star Wars. Le 7ème film de la saga, mais surement l'un des films les plus attendus de cette fin d'année!

Seront donc de la partie :

L'ensemble du casting dans les bureaux de production

Pour l'instant aucun visuel n'a filtré à part celui du dessus, mais je vous assure de vous tenir au courant ;) 

dimanche 27 avril 2014

[Critique film] - "The Baby" de Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett

Titre original : Devil's due


Date de sortie cinéma :  07 mai 2014
Réalisé par Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett

Acteurs:
Allison Miller, Zach Gilford

Distributeur : Twentieth Century Fox France
Genre : horreur
Durée : 1h29

Synopsis
Suite à une soirée bien arrosée lors de leur lune de miel, deux jeunes mariés doivent gérer une grossesse survenue plus tôt que prévu. Alors que le futur père choisit d’immortaliser les neuf mois à venir en filmant sa femme, il découvre que celle-ci adopte un comportement de plus en plus inquiétant, témoignant de changements profonds aux origines à la fois mystérieuses et sinistres... 


En un mot? Raté

Mon avis
Même si je suis loin d'être hyperactive en ce moment sur le blog, je ne me tourne pas les pouces pour autant ^^ Entre mon marathon "Paranormal Activity", "The house of the devil" et "The baby", je peux dire sans peur de me tromper que je suis dans une période horreur ... ça fait du bien, vous ne trouvez pas? Évidemment toutes les critiques sont en train de mijoter en attendant que je les finalise ;) Mais revenons à "The baby" le film du jour.
C'est le film raté par excellence. "The baby" reprend tous les codes d'un film en found-footage mais sans avoir la moindre envergure et pire que tout, le found-footage n'a ici aucun intérêt. Il a plutôt tendance à desservir son sujet. Le film est bancal, la faute à son scénario, pas du tout compliqué, prémâché et régurgité directement dans la bouche des spectateurs (enfin les yeux, mais là ça devient pas facile-facile). Un scénario d'une banalité affligeante donc et qui multiplie les WTF pendant 1h29 (ma théorie des films de moins de 1h30 se confirme). Des vidéos disparues mais que nous nous pouvons voir, moi ça me perturbe. Surtout que rien n'est expliqué (comme pour Paranormal activity) en début de film. De même que la "fécondation", qui arrive par des flashs et des sons sourds, pour bien montrer le dramatique de la scène qu'on ne voit pas parce que les 3/4 de l'écran sont en plus dans le noir, Oh Yeah.
Franchement en 2014, je m'attendais à un peu plus de créativité. A aucun moment "The baby" fera peur, à aucun moment il ne fait sursauter, ce film ne sert à rien puisqu'il ne provoque rien en nous... à part de l'agacement.
Le titre en français et la promo Américaine avec la vidéo Devil baby attack sont assez trompeurs, ils sous-entendent une chose que vous ne verrez pas dans le film : Le bébé, qu'on doit apercevoir 10 secondes grand max, un peu comme l'Alien dans Prometheus vous voyez le tableau? Ce film est une carotte et on nous prend clairement pour des ânes.


Pour finir, il suffit de regarder l'affiche du film pour comprendre qu'il part avec un handicap'. Comment ne pas voir le signe de l'€uro? L'€uro c'est le signe du mal pour les américains? Personne n'a tilté?

A voir? Non pas la peine
  • Scénario: 2/10
  • Musique: 4.5/10
  • Acteurs: 7/10
  • Ambiance générale du film: 4/10
  • Décors/esthétique: 5/10
Ce qui donne: 4.5/10

vendredi 18 avril 2014

[Autour du film] - Le palmarès HIMYB 2014


La cérémonie des #HIMYBawards de 2014 a eu lieu le 26 mars (je me réveille seulement maintenant ... ) et voici le palmarès (302 blogs votants) :

Film de l’année : "Gravity"
Réalisateur de l’année : Alfonso Cuaron pour "Gravity"
Acteur de l’année : Leonardo DiCaprio dans "Le Loup de Wall Street"
Actrice de l’année : Cate Blanchett dans "Blue Jasmine"
Meilleur comédie : "Les Garçons et Guillaume à Table !" de Guillaume Gallienne
Meilleur film d’animation : "La Reine des Neiges" des studios Disney
Meilleur film d’horreur : "The Conjuring" de James Wan
Meilleur blockbuster : "Gravity" d’Alfonso Cuaron
Meilleur film romantique : "Alabama Monroe"
Meilleur direct to vidéo : "Dredd 3D"
Meilleure série tv : "Game of Thrones"

Les distributeurs ont également beaucoup twitté durant la soirée et que Guillaume Gallienne nous a remercié pour nos votes depuis son compte twitter officiel  #RT le tweet de Guillaume Gallienne
Comme pour les Oscars mais en plus petit, nous avons aussi eu le droit à notre livreur de pizza :
Pour l"année prochaine ou si l'envie vous prend de vous renseigner sur les HIMYB rendez-vous sur la page Facebook ICI sur Twitter ICI .

Des news de #Babysitting le film de Philippe Lacheau et Nicolas Benamou

Enfin il est sorti! Ce lonnnng week-end sera parfait pour une petite escapade au cinéma ;)
Pour suivre les actus du film rendez-vous sur Twitter avec ce hashtag :  #Babysitting

Si vous ne l'avez pas encore fait, vous pouvez voir la bande annonce "spécial Twitter" : http://po.st/BBSTwitterBA
Elle permet de lire les tweets des spectateurs sur le film, tweeter et retweeter son avis directement depuis la vidéo !
 
Un nouvel extrait du film est disponible ici : http://po.st/extraitexclusif

Et pour finir, je vous invite à vous rendre sur le page Facebook du film où un concours vient de commencer, des places sont à gagner!! https://www.facebook.com/Babysitting.lefilm

[Critique livre] - "La cour des innocents" de Fabien Pesty

Titre original : La cour des innocents
 
de Fabien Pesty


Parution: 07 mars 2014
Editeur: Paul & Mike

ISBN: 978-2-36651-035-5
Nb. de pages: 190 pages
Public : Adulte

http://paulemike.com/livre.php?id_livre=7
https://www.facebook.com/auteur.pesty.fabien
http://stipe.over-blog.com/article-la-cour-des-innocents-123164821.html

Résumé
Non coupables, fous, irresponsables, ingénus, ils ont tous un alibi valable : ils étaient victimes d'eux-mêmes au moment des faits. Ce sont des choses qui arrivent et dont on parle, entre autres choses, à travers ces quinze instantanés d'histoires, parfois sombres, souvent cyniques, mais toujours à l'humour ravageur.

On y croise des enfants, des vieux qui jouent, un clochard, une caissière de péage et un requin-marteau. Mais aussi des guest stars telles que Thierry Rolland, Dieu, la maman de Jacky du Club Dorothée ou le hollandais qui a gagné à l'Alpe d'Huez un jour. A noter que le policier des Village People a décliné l'invitation.

«Joyeusement féroce» - Alain Emery

1er prix - Jugon-les-Lacs 2010 pour Les valises
1er prix - Fontaine-Française 2011 pour La caissière du péage de Chatuzange-le-
Goubet
Prix spécial du Jury - Prix Don Quichotte, concours francophone de la nouvelle 2012 pour Passage à tabac


En un mot? Innocents
 

Mon avis 
L'année dernière j'ai eu la chance de pouvoir lire une grosse partie des histoires présentes dans ce recueil. Le 01 mars de cette année et j'ai appris que l'auteur sortait son livre aux éditions Paul & Mike. Il n'en fallait pas plus pour que je me replonge avec délice dans son univers à la fois décalé, drôle et pas franchement discret dans l'humour noir. Mais comme une de mes préférées n'est pas dans le sommaire j'ai décidé de faire grève du clavier. (La nouvelle : "Le gang des moustaches", hey ouais). Voilà, voilà, voilà... à la place je vais me regarder "Pacific Rim". 
Puisque personne ne me croit ... ma deuxième (de nouvelle, vous suivez?) préférée c'est "Helene Icks" et HEUREUSEMENT, elle, elle est là. Pas d'excuses donc, je suis obligée de vous dire ce que je pense du recueil de nouvelles de Fabien Pesty "La cour des innocents"
Comme dirait Benjamin Castaldi : C'est énormeeee!

De temps en temps je lis des nouvelles (vous devriez faire ça aussi), ce style court oblige l'auteur à être créatif et addictif dès le début, sous peine de perdre son lecteur. On entre donc très rapidement dans le vif du sujet et pendant quelques pages on est comme aspiré dans l'univers de l'auteur. Si il réussit son pari, il n'y a pas d'autre frustrations qu'un goût de trop peu parce que le terme de l'histoire arrive trop vite. Sinon, même 5 pages peuvent paraître insurmontables ... Écrire une nouvelle c'est un risque, c'est un format qui ne nous est plus vraiment familier. Rassurez-vous Fabien Pesty y arrive haut la main! 
J'ai toujours tendance à trouver les histoires trop courtes quand j'aime une lecture, ce recueil en compile plusieurs où un ajout de quelques centaines de pages ne m’aurait pas plus choquée que ça. Je pense faire une pétition pour que "Helene Icks" passe à 250 pages. Lisez-là vous comprendrez.

Avec un style incisif et décapant l'auteur nous trimballe d'histoires en histoires sans jamais nous laisser un moment de répit. Tantôt triste, tantôt nostalgique ou complètement barré ses histoires sont de celle qui laisse  une trace dans votre inconscient. C'est un nouvel univers à chaque fois, une nouvelle approche de l'humain et on ne s’ennuie pas. On parle d'éthéromanie, de folie, de lâcheté, de bêtises ou bien encore de méchanceté ou d'oublie, des traits du caractère humains qui ne sont pas tous reluisant mais que Fabien Pesty s’emploie à faire sortir au grand jour.
Cynique mais bourré d'humour à chaque ligne, ce livre ne peut (j'en suis certaine) que vous plaire. Son ton est libre, sans entrave ni gène. J’espère qu'il le gardera même si il dépasse Guillaume Musso question vente :)

Celle qui m'aura le plus remué : "Passage à tabac"
Celle que j'aime le plus : "Helene Icks" 
Celle que j'aime le moins : "Au bout du monde, à gauche"

Et pour finir un petit extrait qui m'a fait éclater de rire dans le tram  :
"Pendants ce temps, la mère passait un ultime coup de serpillère aux sols, la maison serait propre comme rarement dans l'année. Voilà une femme qui a toujours vécu avec cette phobie que la maison ne soit pas présentable aux éventuels cambrioleurs. Imaginez que le bruit se répande dans le milieu des malfrats : plus aucun d'entre eux ne daignerait alors remettre un jour les pieds de biche dans cet intérieur négligé!" Les valises.

A lire? absolument, et ensuite parlez-en autour de vous, cette auteur mérite d'être connu!

  • Histoire: 8/10
  • Imagination, invention: 7/10
  • Personnages: 8/10
  • Ambiance générale du livre: 8.5/10
  • Lecture: 9/10
  • Présentation générale du livre (couverture, illustration...): 7.5/10
  • Addictivité: 8/10

Ce qui donne: 8/10

Vu sur le site de Fabien Pesty

Donc on peut trouver le livre dans les librairies suivantes :
- Librairie Egrevilloise (Egreville, 77)
- Librairie Calligrammes (Sens, 89)
- Nouvelle Librairie Polinoise (Poligny, 39)
- Les Temps Modernes (Orléans, 45)

Mais aussi sur les sites marchands de l'internet (comme Amazon, au hasard...)

Le recueil existe en version numérique, sur plein de plates-formes différentes :
- ePagine
- Kobo
- Amazon
- Fnac
- Nolimstore
- Virginmega
- Starzik
- Youboox

Vous pouvez aussi me le commander directement, sous le manteau, contre 12€ (et pour 2€ de plus, les frais de port sont offerts !!! Profitez-en vite). Je me ferai un plaisir de vous le dédicacer.

dimanche 13 avril 2014

Trance ou un film qui fait perdre la tête...

Enfin un film surprenant ! (et c'est pas souvent que ça arrive !!!) 

Alors je ne vais pas dire que j'ai tout vu et tout lu, mais j'ai quand même vu et lu beaucoup et je me rends compte qu'on retrouve souvent les mêmes schémas et à l'occasion des idées originales mais qui se perdent dans les rebondissement attendus et qui finissent par faire pschitt...

Du coup c'est devenu un jeu pour moi quand je regarde un film de spéculer sur la fin, le motif ou le responsable d'une situation. Et bien entendu j'ai fait la même chose avec Transe, et pour être honnête, j'ai perdu et ce pour mon plus grand bonheur !

L'histoire commence dans une salle des ventes, avec une tentative de vol où Simon, le commissaire priseur en charge de l'évacuation du bien le plus précieux (un joli tableau), reçoit un sacré coup sur la tête... On se dit d'abord pauvre Simon et rapidement on se demande quel a été son rôle dans l'histoire quand les braqueurs lui tombent dessus pour lui demander où il a pu cacher le tableau... car oui, Simon est dans le coup sauf que le choc reçu a la tête lui a fait perdre la mémoire des derniers événements. Aussi, pour l'aider a se remémorer (après l'avoir torturer en bonne et due forme), Franck (le chef des méchants) décide de faire appel à une hypnothérapeute.

Je ne vais pas en raconter plus, mais sachez qu'aucun n'est complètement innocent. Chacun a sa part de responsabilité dans les évènements et à aucun moment je ne me suis doutée du fin mot de l'histoire même si certains éléments nous permettent d'entrevoir une partie de la vérité mais jamais sa globalité.

Du côté des acteurs, y'a pas à dire, ils sont tous bons. On retrouve Vincent Cassel dans son rôle habituel de méchant beau gosse, Rosario Dawson est aussi très bien en thérapeute pas si fragile, mais j'ai surtout été impressionnée par James McAvoy dont le personnage, Simon, est le plus complexe et le jeu impeccable de bout en bout.

Si ce film nous fait perdre la tête, ainsi qu'à Simon, c'est parce que l'hypnothérapie aura sur lui des effets inattendus. Ce n'est pas seulement les derniers événements qui remonteront à la surface mais tout un ensemble de choses profondément enfouies, et on se perd entre la navigation intérieure, les souhaits de Simon et la réalité des choses, tant et si bien qu'on finit par se demander ce qui est vrai et ce qui ne l'ai pas...

En conclusion, vous l'aurez compris, que ce soit le scénario, la réalisation ou les acteurs, ce film est très réussi et je ne peux que vous le conseillez.

mercredi 9 avril 2014

[Critique livre] - "Insaisissable: Ne m'abandonne pas", tome 3 de Tahereh Mafi

Titre original : Ignite Me
 
de Tahereh Mafi
Traduction de Jean-noel Chatain


Parution: 27 mars 2014
Editeur: Michel Lafon

ISBN: 978-2749919799
Nb. de pages: ? pages
Public : romance érotique


Résumé

Je suis insaisissable. Je veux t’appartenir. Je ne te fais pas confiance. Je m’en remets à toi. La terre tremble. Mon cœur aussi. Je leur serai fatale. Je te suis vitale. Le monde se meurt. Je meurs sans toi. Le Point Oméga a été détruit. La rébellion est écrasée et Juliette ignore si ses amis, ou même Adam, l’homme qu’elle aime, ont survécu. Sa volonté de renverser la dictature du Rétablissement n’en est que renforcée. Elle est prête à tout pour y parvenir, jusqu’à faire appel à son ennemi de toujours : Warner, le séduisant commandant du secteur 45. Tout les oppose, mais ils ne peuvent agir l’un sans l’autre, la survie de leur monde agonisant en dépend. Lui seul peut enseigner à Juliette comment maîtriser ses immenses pouvoirs… mais il attend d’elle bien plus encore. 

En un mot? Facile
-
SPOILER INSIDE
 
Mon avis 
Avec ce tome 3, Tahereh Mafi met fin à de la série ""Insaisissable". Dans ce dernier chapitre de la saga, toutes les réponses, choix et autres actions de vengeance se devaient d'être au rendez-vous.
Tout au long de cette saga, je n'ai pu m’empêcher d'avoir des réserves. Dans le premier tome il s'agissait de la tenue de super-héros violette façon Hit-Girl dans Kick-ass, qui décrédibilisait un peu l'histoire. Dans le premier et demi (la nouvelle de Warner) on commençait tout juste à comprendre que l'auteure avait une légère tendance à se concentrer un peu trop sur "l'amour", j’espérais que cela ne prendrait pas le pas sur tout le reste. Dans le deuxième tome, à part Juliette qui se plaignait, il ne se passait pas grand chose et puis le dernier tome est arrivé, celui censé nous montrer la guerre et la "nouvelle" Juliette. 
Erreur. 
J'ai l'impression que l'auteur m'a baratinée pendant tout ce temps de lecture. Ce qu'il y a de plus agaçant ici c'est que le premier tome était vraiment très bon. L'enfermement, l'attitude de Juliette et son comportement étaient magnifiquement décrits. La guerre semblait inéluctable et annonciatrice de moments mémorables pour le lecteur. Or pas du tout, l'auteure ayant fait un virage à 180 pour abandonner presque complétement cette dernière au profit d'une histoire d'amour plus que prévisible.

Spoiler 
Arrivée à la moitié de ma lecture de "Insaisissable: Ne m'abandonne pas", j'ai bien compris qu'on était mal parti pour  une guerre de ouf malade avec des morts et du grand spectacle. Ce fut une grosse déception, je ne m'attendais pas à des monstres et à des robots géants (quoique ^^) mais une bonne vieille guerre à la Harry Potter (dernier tome) m'aurait amplement suffit. Même condensée sur les 50 dernières pages, la bataille (si on peut appeler ça comme ça) n'a que peu d’intérêt et est traitée comme un détail, une obligation. L'auteure le faisant à toute vitesse pour revenir à ce qu'elle préfère le plus : du blabla.

Dans un rythme de croisière particulièrement mou de la partie jambale qui se plie (le genoux donc), ce dernier livre fonctionne plus ou moins comme le second. Juliette se pose des questions et Juliette est à fleur de peau concernant ses états d’âmes, quoiqu'elle commence à prendre confiance en elle (un peu trop si on y regarde de plus près même, une de ses action n'étant pas franchement crédible. Si vous lisez le livre vous ne pourrez pas la rater de toute façon) et à s’intéresser à ce que font les autres. Une révolution, mais pas celle qu'on attendait.
Si on se concentre uniquement sur le triangle amoureux Juliette/Adan/Warner, l'auteure réussit à nous balader de manière assez agréable, les surprises, rebondissements et autres sont bien présents et facile à lire.Si on ce concentre uniquement sur cette partie, le livre est une réussite, les émotions sont là. L'auteure a un réel talent pour ça. Je pense qu'au bout de trois livres, je peux annoncer que je connais Juliette et ses réactions sur le bout des doigts!
-
A lire? Moui, mais surtout soyez bien au fait avec ça : Ce n'est qu'une histoire d'amour avec au loin, très, très loin une bataille. Si vous intégrez ça, vous passerez un excellent moment! Je recommande cette lecture avec un avertissement de contenu. ;)
#TeamWarner  #AdanTeteAClaque
  • Histoire: 5.5/10
  • Imagination, invention: 5/10
  • Personnages: 6.5/10
  • Ambiance générale du livre: 6.5/10
  • Lecture: 9/10
  • Présentation générale du livre (couverture, illustration...): 9.5/10
  • Addictivité: 7.5/10

Ce qui donne: 6.14/10

Sans oublier :
- [Critique livre] - "Insaisissable: Ne me touche pas", tome 1 de Tahereh Mafi
- [Critique livre] - "Insaisissable: Ne me résiste pas" tome 1.5, de Mafi Tahereh
- [Critique livre] - "Insaisissable: Ne m'échappe pas", tome 2 de Tahereh Mafi

mardi 8 avril 2014

[Critique du film] - "Divergente" de Neil Burger

Titre original : Divergent


Date de sortie : 09 avril 2014
Réalisé par  Neil Burger
Acteurs
- Shailene Woodley est Beatrice "Tris" Prior
- Theo James est Four
- Jai Courtney est Eric
...
-
Genre : Romance, SF
Durée : 2h19
Distributeur : SND


SYNOPSIS
Tris vit dans un monde post apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Erudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). A 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitudes n’est pas concluant ; elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, elle intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entrainement est basé sur la maitrise de nos peurs les plus intimes.

© - SND


En un mot? long

Mon avis

"Divergente" est la nouvelle saga sur le marché, celle qui est censée tenir la comparaison avec l'autre saga pour ado : Hunger Games. 
Ressemblant de près et de loin à un phénomène, "Divergente" a fait 100 millions de dollars au box-office Américain en seulement 10 jours... De quoi rassurer les fans pour la suite. Mais les fans seulement.

J'ai accepté à peu près tout lors de ma lecture, mais bizarrement, le passage sur grand écran est pour moi un échec cuisant. Tout est à peu près mal fichu et le film dure 2h19.
Les acteurs n'ont aucun charisme. Shailene Woodley a un je-ne-sais-quoi dans son jeu qui m'agace, Theo James ne joue pas très bien, il y a bien Kate Winslet mais elle semble comme le reste, mal assortie. Quant à leurs personnages, le coté caricature prend enfin un sens et pas le meilleur.
La musique remporte le prix du : "azy met du tam-tam t'façon c'est pour les "audacieux", le coté tribal, fous-fous, c'est nickel michel ... " est trop présente, mal placée et hors contexte. Pire que tout pour moi, ils n'ont pas réussit à construire une réelle identité musicale au film.
 "Divergente" est un film préparé et pensé pour les ados avec un scénario au ras des pâquerettes, sans aucune surprise ou double sens. C'est du premier niveau et tout est convenu d'avance, prémâché. La love story en est un bon exemple, tellement maladroite que la salle était pliée en deux pendant la projection ...
Je me souvenais d'une ambiance beaucoup plus sombre dans le livre, ici tout est froid et sans âme. Entre hangars désaffectés et couloirs de grottes, on ne sait pas trop si c'est un manque de budget (sûrement passé dans la scène "Santa-Barbara" voir plus bas) ou si le fond vert est tombé en rade. Mais une chose est sure, le résultat ne fait pas rêver. Les seules choses qui fonctionnent le mieux dans cette histoire ce sont les "hallucinations", avec un vrai travail sur l’esthétique et sur la construction onirique.

Les trucs en moins: la scène où les deux héros se rapprochent avec le soleil qui se couche et qui donne une ambiance "Santa-Barbara" rose, une ode au fond vert et à photoshop. Pas crédible.

A voir ? Non, sauf si vous êtes fans de la saga. C'est (pour le moment) un sous-sous-Hunger Games. Je lui laisse une chance de se rattraper ;) Espérons que ce soit comme pour le premier chapitre du "Seigneur des anneaux" (la comparaison s’arrêtera ici!) et que le premier tome place l'histoire.

  • Scénario: 4/10
  • Musique: 4/10
  • Acteurs: 6/10
  • Ambiance générale du film: 5.5/10
  • Décors/esthétique: 6/10
Ce qui donne: 5.1/10


Merci @spaz2705 pour la correc' ;)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...