Infos

Blog au ralenti

- Pas de liseuse pour le moment, je me consacre donc au livre papier! Désolée
- Jeunes ou moins jeunes auteurs, nous sommes disposés à lire vos manuscrits et ce quel
que soit le thème pourvu qu'on ait l'ivresse.

Rechercher dans ce blog

jeudi 9 juin 2011

[Promotion] - Evenement Katherine Pancol

C'est avec un certain plaisir et honneur que nous vous informons la campagne mise en place par notre partenaire " Livre de poche " à l'occasion de la sortie en format poche du " Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi " de Katherine Pancol.




A cette occasion, un site vient d’être mis en place ICI, sur lequel vous trouverez :

- Les résumés, les citations presse, quelques avis de blogueurs ainsi que des vidéos sur les trois romans que sont : Les Yeux jaunes des crocodiles, La Valse lente des tortues et Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi,

- La biographie de Katherine Pancol,

-
Un jeu-concours permettant de faire gagner des lots de trois carnets de Joséphine spécialement édités pour l’occasion,

- Une sorte de FAQ « Posez votre question à Katherine Pancol »,

- Un générateur de titres de Pancol sur le modèle du dernier tome Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi.

Sympa non ? Grâce à cet événement les fans pourront se replonger dans l'univers de l'auteur qu'ils aiment tant et qui sait pour ceux qui ne connaissent pas c'est l'occasion de succomber à la plume de Katherine Pancol.

En savoir plus sur l'auteur

Katherine Pancol est née au Maroc, à Casablanca et est arrivée en France à l’âge de 5 ans.
Après avoir été professeur de lettres puis journaliste, elle écrit un premier roman, Moi d’abord, en 1979.
Elle part ensuite à New York en 1980 suivre des cours de « creative writing » à Columbia University.
Suivront de nombreux romans dont Les hommes cruels ne courent pas les rues, J’étais là avant, Un homme à distance, Embrassez-moi, etc.
Elle rentre en France en 1991 et continue à écrire.
Elle a connu un énorme succès avec Les Yeux jaunes des crocodiles et en 2010 La valse lente des tortues.

L’auteure reprend volontiers à son compte cette phrase de Paul-Émile Victor : "Vivre, c'est se réveiller la nuit dans l'impatience du jour à venir, c'est s'émerveiller de ce que le miracle quotidien se reproduise pour nous une fois encore, c'est avoir des insomnies de joie."

Découvrir son style en quelque ligne par un extrait de "Les yeux jaunes des crocodiles"

— Tu sais avec quoi il joue ton fils, Shirley ?
— Non…
— Avec deux Tampax !
— Ah bon… Il les met pas dans la bouche au moins ?
— Non.
— Parfait ! Au moins, il ne reculera pas la première fois qu’une fille lui en mettra un sous le nez.
— Shirley !
— Joséphine, qu’est-ce qui te choque ? Il a quinze ans, ce n’est plus un bébé !
— Il n’aura plus aucune poésie, ton garçon, si tu lui dis tout, lui montres tout, lui expliques tout.
— La poésie, mon cul ! C’est juste un truc qu’on a inventé pour t’entuber. Tu connais des relations poétiques, toi ? Moi, je connais que des arnaques et des carnages.

Notre partenaire @Mutinelle vous propose un concours afin de gagner " Des écureuils de Central Park sont tristes le lundi " rendez vous chez elle pour y participer ICI.

Merci à notre partenaire " Livre de poche " de nous faire confiance ....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...