Infos

Blog au ralenti

- Pas de liseuse pour le moment, je me consacre donc au livre papier! Désolée
- Jeunes ou moins jeunes auteurs, nous sommes disposés à lire vos manuscrits et ce quel
que soit le thème pourvu qu'on ait l'ivresse.

Rechercher dans ce blog

jeudi 31 octobre 2013

Hannibal ou quand le terme "génie du crime" n'est vraiment pas suffisant...

J'ai découvert Hannibal Lecter lors de la première diffusion du Silence des Agneaux sur Canal +. Le film était interdit aux moins de 16 ans et je n'étais pas assez âgée pour le regarder (comme quoi ça remonte !). Du coup, avec l'un de mes frères, nous avons profité que nos parents étaient occupés ailleurs pour le regarder. J'ai adoré tout en étant impressionnée par le scénario et notamment l'originalité des crimes. 

J'attendais donc de pouvoir regarder enfin la série, pour voir comment se comporterait Hannibal en liberté. Autant vous le dire : je termine à l'instant le dernier épisode de la première saison et je vais attendre avec impatience la diffusion de la seconde (je ne sais pas quand mais je serai là ^^). A vrai dire, je n'aurai pas été aussi sure de ça lors de la diffusion des premiers épisodes : le rythme de la série (qui est plutôt lent) a dû en refroidir plus d'un mais j'ai persévéré et je n'ai pas été déçue.

Plusieurs raisons à cela... mais avant de vous en faire part, un point sur l'histoire s'impose.

On y suit Will Graham, profiler pour le FBI, qui est doté d'une grande empathie qui lui permet de se mettre à la place des criminels et de reconstituer les crimes commis, et qui se fait peu à peu submerger par son don. Son boss lui impose alors de consulter un psychiatre pour l'aider à gérer ses émotions : Hannibal Lecter.

Il faut dire que les crimes à élucider sont très originaux (et un peu gore...) : entre les victimes de cannibalisme, les totems et les potagers humains (oui vous avez bien lu !) c'est parfois un peu too much mais la série a quand même un côté décalé à cultiver. Le plus intéressant dans tous les cas étant la façon dont Will exerce son don et sa retranscription à l'écran : on revit le crime et on assiste au décryptage de la psychologie du tueur (à mon sens le meilleur moment de chaque épisode...)

A côté de ça, il y a les séances de psychothérapie où Will va parler des crimes, de la folie qui le gagne peu à peu, de ses angoisses... à un Hannibal manipulateur, ce qui va avoir des conséquences : pour aider certains crimes à se résoudre, Hannibal ne va pas hésiter à copier les tueurs (et donc à tuer...) pour permettre au don de Will de s'exprimer... un peu tordu ou complètement génial, je vous laisse en juger ! En tout cas, le personnage de Hannibal dégage toujours cette élégance et un certain je-ne-sais-quoi assez flippant au final.

Mais une série ne saurait me plaire sans un touche d'humour... même si ici il est plutôt noir. Il y a quasiment à chaque fois un instant plus ou moins long où le thème de la gastronomie est abordé. Notamment un épisode où Hannibal reçoit autour d'un buffet... la préparation en est plutôt savoureuse ^^

Bref, vous l'aurez compris, cette série est originale car on suit un criminel en liberté qui est bien établi dans la société, que les crimes proposés sont assez novateurs et qu'il n'y a pas la dichotomie habituelle des séries US aseptisées : rien n'est tout blanc ou tout noir... le tout dans une ambiance plutôt dérangeante.

Pour conclure, sachez que la seconde saison est actuellement en tournage mais surtout que le producteur a annoncé lors du Comic Con que les trois premières saisons seront un préquel à l'histoire de Dragon Rouge (le premier livre de la saga) qui sera rattrapée lors de la quatrième saison. Autant dire que la série a de beaux jours devant elle ;-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...